Accueil
Mairie
Tourisme
Présentation
Infos pratiques
Actualités principales
Contact

AccueilContactPlan du site


Historique

  


Latronquière a une origine très ancienne. Sa fondation remonte à l’époque Gallo-Romaine ce fut un "relai" de la voie romaine qui reliait la "Divonna" des Cadourques à la "Gergovia" des Arvergnes. On aperçoit encore quelques ves­tiges sur le pech du Gorléan .
Son nom viendrait de cette époque. César pour frayer un passage à ses légions aurait dû abattre tant et tant d’arbres qu’il aurait baptisé la région, le pays des "trunci".
Au Vème siècle, l’invasion des Barbares dévastant la région entraîne la disparition de la population.
Au Vlème siècle, les moines d’Aurillac viennent défricher la région et installent leurs établissements à Labastide-du-haut-Mont. à Sous­ceyrac et à Saint-Cirgues où devait naître en 935 le fameux Gerbert qui devint Pape en 999 sous le nom de Sylvestre.
A partir du XIIIème siècle les Chevaliers de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem (Ordre de Malte) y installe pendant cinq siècles leur Corn­manderie, les armoiries de la ville en ont conservée la croix.
Pendant les guerres de Religions, de nouvelles misères s’abattent sur la contrée. De nombreux habitants embrassent la Religion Réformée et forment un parti imposant et puis­sant. Sous la conduite d'un "seigneur bandit" natif de Sousceyrac, le Capitaine Bessonies, ils sèment la terreur pendant douze ans. Il est assasiné en 1571 par son domestique.
La Révolution française provoque le départ des Chevaliers de Malte. Le Maréchal Ney, Duc d’Elchingen, Prince de la Moskova est arrêté prés de La Tronquière au château historique de Bessonies.
Au cours de la seconde guerre mondiale, Latronquière fut un haut lieu de la Résistance, et ses ha­bitants ont payés un lourd tribu à la déportation. Le chemin de Croix de l’église peint par Pierre Delclaux (élève de Lurçat) retrace le calvaire des ha­bitants capturés dans les rues par des troupes de la tristement célèbre division Das Reich et qui pour quinze d’entre eux devait se terminer en Allemagne. (D’après le document original de M. Loudes - 1967-)








© cdg46
Mentions légales